Afficher le menu des théâtres de Compiègne rechercher sur le site des théâtres de Compiègne

Théâtre Impérial

Requiem de Mozart

03 Février 2023

Retour aux spectacles Réserver

Concert
1H50
Tarif C

Orchestre de Picardie

Ce grand concert réunit trois compositeurs on ne peut plus différents, Chostakovitch, Dutilleux et Mozart, qui s’interrogent ici sur le mystère du temps en compagnie de l’Orchestre de Picardie.

Expression de la terreur ou de la foi, confession autobiographique ou témoignage pour les vivants, la mort a épousé toutes les formes depuis que la musique est musique.

Chostakovitch, dans son Huitième Quatuor (1960) devenu Symphonie de chambre grâce à la transcription de Rudolf Barchaï, a signé là une œuvre autobiographique. S’il l’a dédiée « aux victimes de la guerre et du fascisme », c’est en réalité parce que lui-même a vécu toute sa vie dans la terreur et a choisi de donner à sa musique une figure douloureuse, entre déchirants mouvements lents et allegros grimaçants.

Dans Mystère de l’instant (1989), comme le titre l’indique, Dutilleux s’interroge sur le temps qui fuit sans cesse. La sensualité des cordes augmentées d’un cymbalum et des percussions crée une succession de moments « sans canevas préétabli, énoncées comme elles se présentent, sans allusion à ce qui précède ou à ce qui va suivre », selon le compositeur lui-même.

Quant au Requiem de Mozart (1791), entouré des légendes les plus noires quant aux circonstances de sa composition, il est resté inachevé en raison de la mort du compositeur, saisi par l’au-delà au moment où il l’interrogeait. Outre ses résonances maçonniques, cette partition renonce à la fois à l’expression de la terreur et au style décoratif pour se concentrer sur la beauté de l’écriture chorale et l’inspiration mélodique.

Direction musicale Johanna Malangré

Avec 4 solistes
Chœur Chorakademie Dortmund

Orchestre de Picardie

Dmitri Chostakovitch
Symphonie de chambre op.110a (d’après Quatuor à cordes n°8)

Henri Dutilleux
Mystère de l’instant

Wolfgang Amadeus Mozart
Requiem, K.626 (achevé par Franz Xaver Süssmayr)

Partager :