Afficher le menu des théâtres de Compiègne rechercher sur le site des théâtres de Compiègne

Théâtre Impérial

Orchestre National de France

26 Septembre 2024

Retour aux spectacles Réserver

Concert
1h30
C

MOZART, BRAHMS, PÄRT FRANCESCO PIEMONTESI PIANO EVA OLLIKAINEN DIRECTION

Le pianiste virtuose Francesco Piemontesi et l’Orchestre National de France traversent trois siècles de musique et font de cette soirée d’ouverture de saison un moment incontournable.

Outre ses concerts à Paris et ses tournées internationales, l’Orchestre National de France effectue chaque année un « Grand Tour ». Dans l’esprit des artistes qui, au XIXe siècle, partaient visiter les sites emblématiques de l’Europe, il apporte la musique symphonique dans des villes où l’appétit pour le répertoire orchestral est grand. C’est le cas à Compiègne, où « Le National » est invité et où il revient toujours avec bonheur. À cette occasion, nous recevrons Francesco Piemontesi, largement reconnu pour ses interprétations de Mozart, et qui a également une affinité étroite avec le répertoire des XIXe et XXe siècles. De l’un de ses grands professeurs et mentors, Alfred Brendel, il dit avoir appris à « aimer le détail des choses ».

Ce concert sera emmené par Eva Ollikainen qui fait partie de la très brillante école de direction finlandaise. Elle a imaginé ici un programme qui s’ouvre par Fratres, l’une des œuvres les plus célèbres d’Arvo Pärt qui, entre sonorités hypnotiques et tintinnabulement de cloches, sut se rebeller contre les interdits qui paralysaient certains compositeurs de la seconde moitié du XXe siècle.

Après l’énergique Concerto pour piano n°25 de Mozart, on fera un bond en avant d’un siècle avec la sculpturale Symphonie n°4 de Brahms qui s’achève par une Passacaille en forme de couronnement.

Direction musicale Eva Ollikainen
Francesco Piemontesi piano

Orchestre National de France

Arvo Pärt
Fratres

Wolfgang Amadeus Mozart
Concerto pour piano n°25

Johannes Brahms
Symphonie n°4

(c) DR

Presse

Francesco Piemontesi : un mozartien à chérir.
Le jeu raffiné de Piemontesi est alerte avec exactement le genre de spontanéité essentielle à une grande interprétation de Mozart.
L'observateur


Partager :