Afficher le menu des théâtres de Compiègne rechercher sur le site des théâtres de Compiègne

Théâtre Impérial

Audrey Maignan et Mathieu Pordoy

21 Mars 2025

Retour aux spectacles Réserver

Concert
1h
Tarif découverte

Audrey Maignan fait partie de ces jeunes chanteuses qui méritent d’être connues et applaudies. C’est l’occasion ou jamais, qui plus est avec, au piano, Mathieu Pordoy, l’un des chefs de chant les plus reconnus en France.

Audrey Maignan s’est lancée dans l’art lyrique à l’âge de quinze ans, a étudié au Conservatoire National de Paris et déjà remporté trois prix lors de sa participation à l’édition 2023 du Concours international de Gordes, dont celui du Théâtre Impérial – Opéra de Compiègne. Familière d’Offenbach (Les Brigands, Orphée aux enfers…), elle a récemment ajouté à son répertoire Mimi de La Bohème, et pratique volontiers le concert et le récital.

Avec Mathieu Pordoy, elle nous offre ici un programme éclectique, fait d’airs et de mélodies. Des airs puisés dans des opéras de Mozart (le poignant « Ach, ich fühl’s » de La Flûte enchantée), Gluck (le très agité « Mais d’où vient qu’il persiste… Fortune ennemie » d’Orphée et Eurydice), mais aussi Grétry, Debussy, Bizet (la cavatine de Leïla des Pêcheurs de perles) jusqu’à Puccini et Menotti.

Côté mélodies et lieder, outre Clara Schumann, Mendelssohn, Satie, Gounod, Poulenc, Aboulker, nous découvrirons deux pages de Ferran Obradors (1897- 1945) avec, là aussi, un pas de côté vers le répertoire américain en compagnie de Samuel Barber.

Mathieu Pordoy, récitaliste très demandé, partenaire régulier d’artistes prestigieux tels que Marina Rebeka, Sabine Devieilhe ou Michael Spyres, sera le complice d’Audrey Maignan pour ce programme particulièrement riche et jubilatoire.

Audrey Maignan soprano
Mathieu Pordoy piano

Obradors
Chiquitita la novia

Bizet
« Me voilà seule dans la nuit » (Les Pêcheurs de perles)

Barber
Nocturne

Grétry
« O Douce Nuit » (L’Amant Jaloux)

Clara Schumann
Er ist gekommen

Mozart
« Nel Grave Tormento » (Mitridate, Re di Ponto)

Mendelssohn
Venetianisches gondellied

Glück
« Mais d’où vient qu’il persiste… Fortune ennemie » (Orphée et Eurydice)

Poulenc
La reine de cœur (La Courte Paille)

Mozart
« Ach ich fühl’s » (La Flûte enchantée)

Gounod
Le banc de Pierre

Debussy
« L’année chasse l’année » (L’enfant Prodigue)

Obradors
Del cabello más sutil

Satie
La diva de l’Empire

Puccini
« Quando m’en vo » (La Bohème)

Aboulker
L’inconstante

Menotti
« What a curse for a woman » (The Old Maid and the Thief)

© Ambro © DR

Partager :